nutrition, santé

Pourquoi il faut arrêter l’huile de coco

Depuis quelques années, l’huile de palme est sous le feu des projecteurs, cette huile, néfaste pour l’environnement, est de plus en plus évitée par les industriels et les consommateurs. L’huile de coco est venue remplacer l’huile de palme petit à petit dans les produits industriels, et dans notre salle de bain, elle a remplacé nos masques pour les cheveux, nos démaquillants pour les yeux, et notre crème nourrissante. 

Son odeur et sa facilité d’utilisation ont fait de l’huile de coco, un produit indispensable dans notre quotidien beauté. Ce produit brut et naturel a de nombreuses qualités, il est multi-usage et très économique. 

L’huile de coco est obtenue (comme son nom l’indique) avec des noix de coco, cultivée essentiellement en Asie du Sud-Est : aux Philippines et en Indonésie, des pays avec des écosystèmes très riches et rares. 

Mais voilà, depuis quelques mois, l’huile de coco est vivement critiquée. Et à raisons, voici une petite liste de ses effets néfastes sur l’environnement et sur la biodiversité. Son impact sur les espèces menacées serait même plus important que celui des plantations de palmiers. 

-Les fermes à cocotiers recouvrent en effet quelque 12,3 millions d’hectares à travers le monde contre 18,9 millions pour les plantations de palmiers à huile. Pourtant, des études indiquent qu’elles affectent 20 espèces menacées par million de tonnes produit contre 3,8 espèces pour l’huile de palme, 4,1 pour l’olive et 1,3 pour le soja.

-Cette culture aurait directement contribué à l’extinction de certaines espèces notamment le zostérops de Marianne, un petit oiseau originaire des Seychelles, le renard volant d’Ontong Java, de l’île du même nom. Aussi, certaines espèces n’ont pas été aperçues depuis plusieurs années : le cerf-souris des Philippines le du tarsier de l’île Sangihe.

-L’utilisation des animaux pour décrocher les noix de coco : cocotier c’est haut, et y grimper est dangereux, un humain est alors lent et peu efficace. Heureusement (non) on a trouvé une très bonne idée pour améliorer l’efficacité de la cueillette : utiliser des singes ! Et plus particulièrement les macaques à queue de cochon. Ces animaux sont dressés et arrachés à leur milieu naturel pour cueillir des noix de coco toute la journée. Les fermiers qui dressent les singes et les rendent captifs ne sont pas à blâmer directement, ils sont eux-mêmes les victimes d’un système et de la demande exponentielle 

C’est un peu démoralisant, je vous l’accorde, j’étais la première à être fière de remplacer un tas de produits par un produit naturel et simple, mais l’huile de coco n’est pas que vertueuse. 

Dans un autre article à suivre, quelques solutions pour remplacer l’huile de coco petit à petit… 

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.